Sa Minh Ngoc, femme casque bleu témoigne de son expérience

La lieutenante Sa Minh Ngoc a suivi une mission de 14 mois au Soudan du Sud en tant que Casque bleu des Nations unies. Elle se souvient de ces moments inoubliables dans ce pays ravagé par la guerre civile.

Hanoi (VNA) – La lieutenante Sa Minh Ngoc a suivi une mission de 14 mois au Soudan du Sud en tant que Casque bleu des Nations unies. Elle se souvient encore de ces moments inoubliables passés avec ses camarades dans ce pays ravagé par la guerre civile.
Sa Minh Ngoc, femme casque bleu témoigne de son expérienceLa lieutenante Sa Minh Ngoc. Photo : CVN

Sa Minh Ngoc est actuellement assistante au Bureau des affaires locales du Département des opérations de maintien de la paix du Vietnam. Entre octobre 2018 et décembre 2019, faisant partie des 63 officiers et médecins de l’Hôpital de campagne militaire No1 (niveau 2) du Vietnam, elle a été envoyée au Soudan du Sud dans le cadre d’une mission onusienne pour s’installer à proximité du Camp de protection des civils (PoC) de Bentiu. Ce PoC, le plus grand du genre dans ce pays, a abrité plus de 115.000 réfugiés sud-soudanais.

Un choix courageux

Après l’obtention de son diplôme en commerce international et management en Malaisie, Sa Minh Ngoc est rentrée au Vietnam au début de 2014 et a décidé de rejoindre l’armée. Cinq mois plus tard, le Centre de maintien de la paix du Vietnam, devenu depuis 2018 le Département des opérations de maintien de la paix du Vietnam, a été fondé. Elle a alors été recrutée.

"À cette époque-là, la notion de maintien de la paix des Nations unies et ses activités étaient encore très récentes pour la majorité des Vietnamiens. Quand j’ai décidé de participer à ces opérations onusiennes, beaucoup de mes amis et proches m’ont demandé ce qu’est cette mission, même beaucoup de gens m’ont questionné: Tu es une fille, pourquoi ne pas trouver un travail normal pour vivre une vie normale et te marier, au lieu de t’engager dans une activité aussi pénible et dangereuse ? ", se souvient la jeune femme de 30 ans.

Se rappelant les difficultés rencontrées par les officiers, dont dix femmes, de l’Hôpital de campagne militaire No1 (niveau 2) du Vietnam, Sa Minh Ngoc affirme que ses 14 mois de service n’ont pas été trop longs, mais dans ce pays encore ravagé par la guerre civile, les Casques bleus vietnamiens ont été confrontés à d’énormes difficultés et dangers.

"Nous avons passé des périodes pénibles. Il y a eu des jours où nous avons travaillé dans des conditions compliquées, sous la tension intense des conflits ethniques et de la guerre civile. Il y a eu des jours où l’hôpital s’est installé dans des lieux où il n’y avait rien d’autre que de la poussière et des arbres morts. Nous avons passé des moments totalement privés de toute forme de communication et d’approvisionnement alimentaire".

Pénurie d’eau potable
Sa Minh Ngoc, femme casque bleu témoigne de son expérienceSa Minh Ngoc (centre) pose avec des habitants du Soudan du Sud. Photo : CVN

Sa Minh Ngoc avoue que les femmes comme elles ont dû affronter avec effroi le paludisme et la pénurie d’eau potable. Pendant la saison des pluies, les maladies contagieuses, notamment le paludisme, sévissent. Chaque jour, la prise de médicament de prévention de paludisme est obligatoire, alors que ce médicament a des effets secondaires importants pour les femmes. Au pic de la saison sèche, le problème principal est la pénurie d’eau potable.

"Les premiers jours où l’hôpital s’est installé au Soudan du Sud, c’était le pic de la saison sèche, signifiant la pénurie d’eau. Chaque personne n’a reçu que cinq litres par jour pour tout usage. Nous utilisions l’eau alors de manière très économique : par exemple, l’eau pour l’hygiène corporelle est réutilisée ensuite pour l’arrosage des légumes. Partageant les difficultés avec les collègues féminines, les hommes nous ont cédé une partie de leur portion, ne gardant que le strict minimum".

Malgré les difficultés, Sa Minh Ngoc a accompli avec brio sa mission. Elle affirme que grâce aux soutiens de ses proches et camarades qui l’ont toujours encouragée, elle a gardé une grande motivation pour surmonter toutes les difficultés et achever sa mission.

Jusqu’à présent, les contributions du Vietnam à la Force de maintien de la paix de l’ONU ont été reconnues par la communauté internationale. Après six ans d’activité, le Département des opérations de maintien de la paix du Vietnam a envoyé 176 officiers pour participer aux activités de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS) et à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), avec notamment deux hôpitaux de campagne militaire. Le taux de femmes soldats vietnamiennes participant à ces opérations onusiennes est actuellement de 16%, contre une moyenne de 15% recensée par l’ONU. – CVN/VNA

News Related

AUTRES NOUVELLES

Vietnam : près de 53 000 personnes ont été vaccinées contre le COVID-19

Nhân Dân en ligne – De 18h le 5 avril à 6h du 6 avril, le Vietnam n’a pas enregistré de nouveaux cas de COVID-19. Près de 53 000 personnes sont actuellement vaccinées... Read more »

Le Boeing 737 Max autorisé à transiter par l’espace aérien vietnamien

Le ministère du Transport et des Communications a approuvé une proposition de l’Autorité de l’aviation civile du Vietnam de permettre au Boeing B737 Max de transiter par l’espace aérien du pays. Read more »

Chol Chnam Thmay: le Comité central du FPV adresse des voeux aux Khmers d’An Giang

Une délégation du Comité permanent du Comité central du Front de la Patrie du Vietnam s’est rendue mardi 6 avril dans la province d'An Giang (Sud) à l’occasion du Tet Chol Chnam... Read more »

Les organisations renforcent leur coopération contre l’autisme

Saigon Children's Charity a annoncé, mardi 6 avril, la coopération stratégique entre les organisations opérant dans le domaine de l'autisme au Vietnam. Read more »

Le Vietnam compte envoyer 90.000 travailleurs à l’étranger en 2021

Le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales s'efforcera d'envoyer 90.000 ouvriers vietnamiens travailler à l'étranger en 2021. Read more »

Covid-19 : l’ambassade du Vietnam plaide contre le racisme anti-asiatique aux Etats-Unis

Dans la lettre envoyée aux agences de l'administration fédérale américaine, l'ambassade du Vietnam aux Etats-Unis leur propose de prendre des mesures en vue de la sécurité pour les citoyens vietnamiens. Read more »

Les cuisiniers, ambassadeurs du tourisme

La gastronomie est d’une importance cruciale dans le développement du tourisme et le pouvoir d’attraction de toute destination. Pour mieux valoriser ce secteur, l’accent doit être mis sur la formation. Read more »

Hô Chi Minh-Ville: L’hôpital Cho Rây endosse le rôle de centre régional de formation

L'Association internationale de néphrologie a officiellement reconnu l'hôpital Cho Rây à Hô Chi Minh-Ville comme l’un de ses centres régionaux de formation parmi les 21 qu’elle compte dans le monde entier. Read more »

La question de l’aménagement des espaces publics

Les espaces publics au Vietnam ne sont en général ni bien aménagés ni correctement enjolivés. C’est un problème récurrent qui exaspère les citoyens et les artistes des arts publics. Read more »

Plusieurs spécialistes allemands apprécient les réalisations du Vietnam

Selon le professeur Thomas Engelbert de l’Université de Hambourg, le combat contre l'épidémie de COVID-19 au Vietnam a été salué par le monde entier, avec un très faible nombre de décès. Read more »