L’art de la poterie Cham

Pour les Cham de Ninh Thuân, la poterie est plus qu’un artisanat, c’est un art à part entière. Cette ethnie a conservé la quintessence d’un savoir-faire vieux de plus de 800 ans.

L’art de la poterie ChamLa particularité de la poterie Cham réside dans le travail entièrement manuel. Photo : CVN

Hanoï (VNA) - Pour les Cham de Ninh Thuân, la poterie est plus qu’un artisanat, c’est un art à part entière. Cette ethnie, attachée aux méthodes traditionnelles, a conservé la quintessence d’un savoir-faire vieux de plus de 800 ans.

Actuellement, la poterie Cham se pratique principalement dans deux villages au Centre : Binh Đuc (anciennement appelé Tri Đuc) de la province de Binh Thuân et Bàu Trúc de celle de Ninh Thuân.

Fondé à la fin du XIIe siècle, Bàu Trúc est considéré comme l’un des plus anciens villages de céramistes d’Asie du Sud-Est où sont encore pratiquées les techniques de production les plus traditionnelles. Le destin y est pour beaucoup dans le développement de la poterie. La composition des sols du village est un trésor depuis longtemps exploité au service de cet artisanat. En effet, la rivière Quao est la source intarissable de terre et de sable fins et souples qui font la particularité de ses poteries.

La céramique de Bàu Trúc porte en elle une longue histoire. La légende raconte que cet art a été inculqué tout d’abord aux femmes de la communauté par un mandarin de l’époque. À Ninh Thuân, ce sont donc les femmes qui en assument l’étape majeure, celle du modelage, tandis que les hommes les assistent dans la préparation de l’argile et la cuisson. Le métier est transmis de mère en fille.

Un travail manuel sans tour de potier

Truong Thi Gach, 80 ans, a appris le métier dès l’âge de 10 ans. "C’est ma grand-mère qui a transmis le savoir-faire à ma mère qui me l’a ensuite enseigné et, à mon tour, je l’inculquerai à mes enfants. Auparavant, le métier n’était pratiqué que par les femmes et les hommes étaient chargés de ramasser le bois pour la cuisson des céramiques. Mais aujourd’hui, les hommes participent aussi parfois à l’étape principale", confie-t-elle.

Les poteries de Bàu Trúc sont entièrement faites à la main, ce qui les différencie également de celles d’autres villages. La fabrication se divise en plusieurs étapes, la plus importante étant le choix de l’argile et son traitement car ce procédé effectué avant le modelage détermine la qualité des produits finis. "L’argile prélevée dans la rivière Quao est spéciale. Elle est séchée au soleil avant d’être trempée à nouveau dans de l’eau afin de la rendre plus souple et d’en éliminer les impuretés. Elle est alors mélangée avec du sable jaune fin et de l’eau selon des proportions bien précises. Enfin, l’argile est pétrie avec les pieds afin que le mélange soit souple et élastique à souhait", explique Truong Thi Gach.

L’art de la poterie ChamLa céramique de Bàu Trúc porte en elle une longue histoire. Photo : CVN


Autre particularité de la poterie de Bàu Trúc, les artisans ne recourent pas à un tour pour modeler l’objet. En marchant à reculons, dans le sens des aiguilles d’une montre (c’est-à-dire dans le sens opposé du travail habituel au Vietnam, ndlr), l’artisane est en mouvement autour du socle sur lequel repose la boule d’argile à façonner en vase, en jarre ou en pot. Ensuite, avec une serviette et un bol d’eau, elle affine l’objet et lui insuffle son élégance. C’est ensuite l’habileté et l’expérience de l’artisane qui vont décider du succès de sa création. L’attention est portée aux détails de l’embellissement et l’incrustation des motifs. D’un marron intense, d’un rouge foncé ou d’un noir profond, les poteries présentent des couleurs spécifiques obtenues grâce aux techniques ancestrales de pigmentation à base d’extraits de noix de cajou et d’autres plantes.

Après les étapes de polissage et de séchage qui durent jusqu’à une semaine, vient la cuisson. Durant cinq à sept heures, les produits bruts sont cuits à 900°C dans un four à ciel ouvert. Les créations sont posées sur une couche de bois et recouvertes de paille. Cette méthode de cuisson particulière donne aux produits une couleur qui se distingue de celle des céramiques de Bát Tràng à Hanoï.

À Bàu Trúc, on peut admirer le talent des artisanes, véritables magiciennes qui insufflent à leurs créations la quintessence de l’esprit Cham. Pots, vases et statues, les poteries sont unies et ornées de motifs décoratifs. Mais les produits les plus caractéristiques sont certainement les vases ocres ou noirs, qui sont la symbiose des différents éléments : l’argile de la terre, l’eau et le feu.

Un art inhérent à la culture Cham

La poterie Cham est fortement imprégnée des traits culturels de cette ethnie du Centre. Ses produits sont généralement dévoués aux activités quoti-diennes : jarres, cruches, marmites ou casseroles, bouilloires, assiet-tes, vases… La majorité des motifs décoratifs sont également inspirés de la culture Cham et représentent les rois, femmes ou danseuses... Bien que les produits de Bàu Trúc soient simples en apparence, ils sont porteurs d’une grande beauté par leur forme, la méticulosité de leur processus de fabrication et les éléments liés à la vie spirituelle de la communauté qu’ils renferment.

Pour les chercheurs, le patrimoine culturel des Cham dans lequel s’inscrit la poterie est original et présente encore de nombreux mystères. D’après le Pr.-Dr. Shimoka Sakaya, à la tête d’un groupe de chercheurs japonais, "les plus anciens villages de céramistes ont disparu à travers le monde, cependant la poterie Cham subsiste et préserve le cachet et la beauté d’un savoir-faire vieux de plusieurs siècles. C’est cette valeur originale qui la rend digne d’être reconnue par l’UNESCO", souligne-t-il.

Pour sa part, le Professeur américain Leedom Lefferts, qui a passé une vingtaine d’années à faire des recherches sur la poterie Cham, apprécie cet art, notamment les techniques de travail à la main et de cuisson en plein air… "Chaque produit est unique, ce qui fait la différence entre les poteries Cham et les autres écoles".

"On en trouve dans les temples du Nord-Est de la Thaïlande. Leur présence dans les hauts lieux de culte illustre leur importance culturelle non seulement en Thaïlande mais dans toute l’Asie du Sud-Est", affirme le Docteur thaïlandais Atthasit Sukkham.

En mars 2019, le Premier ministre Nguyên Xuân Phúc a autorisé le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme à élaborer un dossier sur l’art de la poterie Cham afin de le soumettre à l’UNESCO en vue d’une reconnaissance en tant que patrimoine culturel immatériel de l’humanité à sauvegarder d’urgence.

D’après la Docteur Lâm Thi My Dung, de l’Institut national de la culture, la poterie est la "clé" dans les recherches sur la culture Cham, afin de mieux comprendre la riche vie matérielle et spirituelle de cette communauté. - CVN/VNA

source
News Related

AUTRES NOUVELLES

Le chant ca trù

Le ca trù - chant des courtisanes, inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, était un noble divertissement réservé aux lettrés d’autrefois. Read more »

De mystérieux pétroglyphes découverts à Lao Chai

Six pétroglyphes gravés d’images de rizières en terrasses ont été identifiés en juillet à Lao Chai, une commune de la province montagneuse de Yên Bái (Nord). Des "superproductions" qui permettent de dévoiler des... Read more »

L’Institut d’éducation artistique du Vietnam voit le jour

Vendredi 23 octobre, la cérémonie de lancement de l'Institut d'éducation artistique du Vietnam (VIA Education) sur le thème ''Les fondateurs de l'éducation artistique mondiale'' a eu lieu à Hô Chi Minh-Ville avec une... Read more »

Près de 800 sportifs en lice au 18e Tournoi national junior de Vovinam 2020

Le 18e Tournoi national junior de Vovinam 2020 (art martial vietnamien) a eu lieu du 19 au 23 octobre dans la province de Hâu Giang (Sud). Read more »

Voyage dans la gastronomie sud-coréenne à Hanoi et Hô Chi Minh-Ville

Une série d’activités se déroulent du 21 au 23 octobre et du 6 au 8 novembre à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville, dans le cadre de la Foire de la gastronomie Vietnam... Read more »

Son Long Quyên Thuât, d’une discipline martiale à une philosophie de vie

Le Son Long Quyên Thuât compte plus de 25.000 pratiquants dans le monde et un nombre important de salles qui lui sont consacrés, aussi bien en France qu’en Suisse, en Autriche ou même... Read more »

Foire de la gastronomie Vietnam – R. de Corée à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville

Nhân Dân en ligne – Une série d’activités se déroulent du 21 au 23 octobre et du 6 au 8 novembre à Hanoi et à Hô Chi Minh-Ville, dans le cadre de la... Read more »

Le rap fait battre le cœur des jeunes vietnamiens

Le rap est devenu l’un des genres musicaux les plus prisés au Vietnam, surtout chez les jeunes qui le considèrent comme un véritable moyen d’expression et d’affirmation. Désormais influent, il a pourtant dû... Read more »

Thanh Hoa favorise le développement de ses villages artisanaux

La province de Thanh Hoa compte actuellement une centaines de villages artisanaux. Après des hauts et des bas, ces métiers traditionnels bénéficient de politiques de soutien du Parti et de l’État. Read more »

Les artistes appellent à protéger la mer

Photographie, peinture, installation et cinéma… Différents langages artistiques exploités par les artistes pour exprimer leurs sentiments, leurs admirations pour la beauté de la mer ainsi que leurs inquiétudes devant la pollution maritime dans... Read more »